P2P et les industries du contenus

Publié le par zikmao




Suite à l'excellent article paru sur ReadWriteWeb, à propos des difficultés des industries du contenus et la relation ainsi que les éventuelles responsabilités imputées aux mondes du P2P, la dernière étude de la commission Européenne impose une nouvelle confirmation, tendant à montrer que nos comportements sur le Web, qu'ils soient en V 2.0 ou demain en Web sémantique avec le Web 3.0, influencent directement le futur chemin du Web marketing et de la vie de millions de personnes.

 

Un constat revient souvent quand il s'agit de payer du contenus sur Internet, la gratuité est sans concurrence et certains utilisateurs revendiquent cet état de fait comme un droit, celui de payer son abonnement ADSL et de pouvoir disposer librement des contenus du divertissement, de la culture et de l'information, cet argument se généralisant notamment chez les jeunes, il est sans nul doute urgent que de nouveaux modèles émergent tout comme il semble important que beaucoup de comportements puisse évoluer dans le sens ou si la musique et le secteur du divertissement sont des indicateurs sociaux-économiques, le déclin des contenus toucheront également d'autres secteurs que ni les lois et le lobbying ne changeront, car l'étude révèle que la plupart ne ce décideraient pas pour autant à payer davantage si le contenu gratuit n'était plus disponible, et la question est de savoir comment l'industrie du contenus peut survivre dans un monde ou le consommateur dans sa majorité ne veut plus payer ?

 

Payer or not Payer

 

Le P2P est-il responsable de nos comportements sur la toile ?

 

Disons qu'il a certainement son rôle à jouer, mais ceci ne rend pas le P2P, L'ultime responsable du déclin industriel mais participe néanmoins à favoriser la gratuité dans l'esprit, reléguant du même coup l'acte d'achat à des fins matériels technologiques entre autre.

 

Ceci dit, au temps ou la K7 prédominait et ou l'on pouvait enregistrer gratuitement les radios FM, les achats de CD n'ont jamais été remis en cause, plusieurs facteurs ont convergés depuis, comme la monté et la facilité d'échange de fichier, l'avènement du MP3 et de l'ADSL, mais aussi sans doute une question d'ordre générationnelle.

 

Le P2P impose autant d'avantage que d'inconvénient mais aujourd'hui il n'est sans doute plus utile de se poser la question des responsabilités mais surtout de savoir comment adapter et transposer la vieille industrie en une industrie moderne navigant dans un nouveau monde interactif, ouverts aux échanges et aux contenus collaboratifs, l'essence même du Web 2.0, les consommateurs sont aussi devenus des Users participant aux échanges, enrichissant le Web, la création et les services d'aujourd'hui et de demain, devenant plus actif, plus informé.

 

On parle souvent ici ou là du Web sémantique, des théories du Web 3.0, mais on peut difficilement envisager tel ou tel scénarios, tellement les incertitudes demeurent, ceci dit il est intéressant de s'arrêter sur les chiffres que le rapport européen nous livre.

 

Que penser que moins de 5 % des Européens ont payés pour du contenus en ligne sur une période de trois mois, ou que seulement 30 % sont prêt à payer avec des prix Low-Cost et l'argumentation d'une meilleure qualité, avec plus de choix et de disponibilité ne convainc que 20 % pendant que 20 % seraient disposés à acheter si la gratuité disparaissaient, cela est tout de même inquiétant.

 

Les modèles de demain

 

Toujours est-il, étude ou pas, je reste persuadé que le consommateur à des besoins et reste ouvert aux actes d'achats coup de coeur, musicalement parlant le laboratoire Radiohead a montré ces limites qui reste cependant un modèle, le Freemium, permettant d'associer un accès gratuit aux contenus de base , disons le MP3 ou mieux le Flac et de faire payer d'autres contenus ou fonctionnalités, tel que CD, DVD, ou concert pour ceux qui en font, certains permettent d'écouter la musique en streaming et propose de faire payer en téléchargeant les morceaux, ce qui d'ailleurs semble suffisant puisqu'une fois télécharger, le contenu est en possession du consommateur et le passage à l'acte d'achat d'un CD + pochette faisant de moins en moins... «d'émule» il devient donc compliqué et risqué de financer des productions avec un développement systématique de CD.

 

Plus généralement on peut croiser le financement par la publicité, les Freeconomics, l'open source, la donationWare, le mécénat, au petit bonheur la chance aussi, hein ! Des solutions existent, des modèles émergent même si sur du long terme on peut constater que peu survivent à la plupart des modèles économiques d'aujourd'hui, et pour demain la rareté de l'acte d'achat du contenu donnera t-il naissance à des modèles viables avant que l'ancienne industrie du contenus disparaisse ?


Articles sur le même sujet : L'avenir de la Music 2.0 - Zimbalam : Autoproduction commerciale


Liens : Free! Why $0.00 Is the Future of Businessi2010 - A European Information Society




Les Concepts du Web 3.0

 



Partager sur :    Publie.ca!

Publié dans Autoproduction 2.0

Commenter cet article

Jiby 03/05/2010 06:33



Pas mal du tout votre blog les articles sont très interessants et bien défini, je me présente auteur/compositeur amateur adhérent sacem j'ai édité 2 titres sur Zimbalam et on peut les écouter
gratuitement sur mon blog parmi 5 titres pour essayer d'avoir des commentaires pour savoir si je dois continuer, où m'arrêter par ce que je suis nul.je reviendrai souvant vous voir.A+Jiby